ALGORAND, la blockchain Proof Of Stake next level !


by

Algorand a soulevée l’enthousiasme de la communauté, lors de ses premières annonces, il y a plus d’un an déjà. Ce trimestre, Algorand vient de lever 4 millions de dollars auprès des gestionnaires de fonds Pillar et Union Square Ventures.

Pourquoi faut-il s’intéresser de près à cette nouvelle blockchain ?

Algorand : la promesse

En résumé Algorand promet de résoudre tous les problèmes inhérents aux implémentations de la blockchain basées sur la Proof of Work. Très concrètement retenons 3 qualités principales :

  • La scalabilité : Algorand pourra fonctionner avec des milliards d’utilisateurs. Algorand réalise cet exploit en créant les nouveaux blocs en 2 phases : un utilisateur aléatoirement auto désigné génère un nouveau bloc et ce bloc est validé par un comité restreint dont les membres sont eux mêmes auto élus. Ergo, le débit de production des nouveaux blocs est quasiment égal au débit du réseau lui-même. Algorand, dans son livre blanc, annonce un délai de transaction inférieur à la minute : 125 fois supérieur à celui de Bitcoin. Notez qu’il n’y a plus de distinction entre mineurs et utilisateurs et que la probabilité d’un fork dans la blockchain Algorand est quasi nulle (10-18 ).
  • La sécurité : Algorand est conçu pour fonctionner dans un environnement hostile. Algorand imagine que même si un adversaire malveillant pouvait corrompre instantanément un utilisateur, le réseau continuerait à fonctionner à la condition qu’au moins les 2/3 des utilisateurs soient honnêtes. Plus précisément un mécanisme de pondération des utilisateurs par les fonds détenus (Proof Of Stake donc) rend extrêmement couteux la création de faux utilisateurs. Ce mécanisme garantit également que si les 2/3 des fonds sont détenus par des utilisateurs honnêtes la sécurité est assurée. Sachant qu’il n’y a pas de catégories d’utilisateurs différents comme les mineurs il n’y a pas non plus de biais de concentration monétaire. De plus un mécanisme d’auto-élection par tirage au sort cryptographique (Sortition) des membres des comités et des calculateurs de blocs, empêche les biais de centralisation et donc de corruption tels que les pools de minage inhérents à d’autres blockchain.
  • L’efficacité de calcul : Algorand n’utilise pas la PoW. Donc pas de calculs complexes, pas de consommation énergétique excessive. Le réseau peut tourner sur des appareils peu performants comme les smartphones. Le coût de transaction est constant, quel que soit la taille du réseau et demeure minime au regard du nombre d’utilisateurs.

Bien entendu Algorand garantit les propriétés classiques d’un réseau distribué : immuabilité des données du registre partagé, absence totale de possibilité de censure. Ceci en y ajoutant : la facilité à l’entrée et une capacité de mise à jour et amélioration du protocole de manière transparente et sans frictions.

Algorand : la crédibilité

Comme nous sommes toujours en phase d’explosion darwinienne des projets blockchain, il reste difficile de savoir quels sont les projets crédibles ou non. Bien loin des scams, Algorand se place sur le même créneau que des projets comme Dfinity, ou Tezos . Ce qui rend Algorand particulièrement intéressant c’est que le projet est (entre-autres) porté  par le Professeur du célèbre MIT Silvio Micali.

Photo de Silvio Micali

Silvio Micali. Credits : Algorand


Le Professeur Silvio Micali est reconnu pour ses travaux sur le Zero Knowledge Proof qui ont été utilisés pour l’élaboration du protocole de Zcash notamment. De plus Silvio Micali a été récompensé en 2012 pour ces travaux par le prix A.M Turing. Autant dire que si la lecture du white paper Algorand complet est ardue c’est bien qu’elle est mathématiquement étayée et que ce n’est pas comme parfois un artifice de communication. Pour ne rien gâcher, ajoutons que le Professeur Micali est pédagogue, très sympathique et facile d’accès.

 

 

 

Enfin on notera que compte-tenu des incertitudes qui règnent aujourd’hui autour des ICO, Algorand a levée des fonds de manière traditionnelle. Si les chiffres sont moins impressionnants au moins ne risquent-ils pas des poursuites de la SEC.

Algorand : questions et conclusion

Bien sûr il reste de nombreuses questions concernant Algorand, en particulier sur la roadmap, la gouvernance, etc. Néanmoins  si le projet tient toutes ses promesses lors des phases d’implémentation réelles, il ouvrira la perspective à de nouvelles évolutions technologiques basées sur la blockchain. Je vous invite à consulter régulièrement le site officiel pour en savoir plus.

Share

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.