Aeternity la blockchain nouvelle génération avec mécanisme d’oracle


Une nouvelle génération de blockchain en version de test :

Aeternity est une nouvelle blockchain avec oracles et langage turing-complet dont l’équipe, basée au Liechtenstein, vient de publier, le 20 janvier dernier, son réseau de test public ou testnet. Aeternity, invite les futurs utilisateurs ou investisseurs à télécharger le code sur GitHub et à tester l’implémentation de smart contracts. D’après son fondateur Yanislav Malahov, l’objectif d’Aeternity est d’obtenir un feedback sur sa solution :

Nous invitons tous ceux qui sont intéressés par le développement de smart contracts à utiliser notre toute nouvelle technologie basé sur un state channel Turing-complet, a déclaré Yanislav Malahov. C’est l’occasion d’être partie prenante dans la prochaine génération de blockchains.

Dans son livre blanc Aeternity explique vouloir faire la synthèse des grandes innovations récentes blockchain en une seule plateforme cohérente qui intègre :

  • Les avancés d’Ethereum qui a démontré comment implémenter des smart contract sur une architecture Turing complète de manière sûre dans la blockchain,
  • L’intégration d’oracles dans la blockchain dans la droite ligne d’Augur, GroupGnosis ou de leurs ancêtre Truthcoin
  • L’implémentation de « smart markets » sur le modèle proposé par Casey Detrio
  • Un système de nommage simple et intelligible par les utilisateurs de type Namecoin
  • Un système de preuve d’existence d’assets digitaux par stockage de hashs inspiré de celui de Factom.

Aeternity une blockchain techniquement optimisée pour le monde de la finance

Aeternity combine tous ces éléments de manière transparente pour offrir une blockchain principalement orientée marché financiers et produits dérivés. La blockchain Aeternity se veut donc moins généraliste qu’Ethereum mais optimisée pour le marché de la finance. D’un point de vue plus technique Aeternity mise sur l’approche state channel là où Ethereum mise sur le sharding ou fragmentation.

L’intégration des state channels  dans la conception de la blockchain Aeternity permet d’améliorer la confidentialité et la scalabilité de celle-ci. En effet en ne stockant pas le code des contrats sur la blockchain, les smart contracts s’exécutent plus rapidement et sont plus simples à concevoir.
Si on compare la blockchain Aeternity à la référence Ethereum son intérêt réside dans l’implémentation native de la gestion d’oracles. Pour rappel le mécanisme d’oracle pour une blockchain décrit la manière dont celle-ci interagit avec les données du monde extérieur. En effet comment garantir que la données est fiable et surtout disponible au moment de l’exécution du smart contract ? Ceci sans dépendre d’un tiers digne de confiance ce qui contrevient à l’esprit même de la blockchain. Vitalik Buterin se posait déjà la question dans le livre blanc d’Ethereum. En effet si Alice et Bob ce sont mis d’accord sur un contrat à terme basé sur la parité EU/USD, il faut que le contrat soit alimenté par le cours de cette cotation de manière fiable. Le mécanisme d’oracle implémenté sur la blockchain rempli cette fonction en proposant une information distribuée (donc disponible) et fiable (approuvée) via le mécanisme de consensus.

L’efficacité technique d’Aeternity réside dans le fait de n’avoir qu’un seul mécanisme de consensus pour la résolution de blocs et la vérification d’oracle. Cette efficacité et la volonté de se concentrer sur les marchés financiers sont à l’origine même de cette blockchain. Bien qu’Aeternity s’inspire d’Ethereum et d’autres blockchain il s’agit d’une blockchain originale basée sur le langage haut niveau : Erlang. Créé par Ericsson et passé open source en 1998 Erlang est un choix audacieux mais qui peut se justifier par ses qualités intrinsèques (traitement asynchrone des messages et transparence de l’exécution sur un réseau de VM distribuées avec pour corollaire la tolérance aux pannes).

En ce qui concerne le mécanisme de consensus Aeternity se basera à terme sur un mécanisme hybride Proof Of Stake(PoS) et Proof Of work(PoW). Ce dernier étant basé sur une variante du Cuckoo Cycle proposé par John Tromp en 2014.

Le testnet quant à lui  propose un modèle de consensus PoW. L’objectif de cette phase d’essai étant de démontrer la fonctionnalité des state Channels. La plate-forme « mainnet » implémentera le mécanisme de consensus hybride PoS/PoW, elle est prévue pour début 2018.

Aeternity compte bien entendu se financer via une ICO(Initial Coin Offering). Les Aeons, que les utilisateurs pourront acheter en monnaie numérique (BTC, ETH) ou fiduciaire, pour alimenter la plate-forme feront l’objet d’une première offre prévue au premier trimestre de 2017.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.